BMW investit 4,5M€ dans Scoop, concurrent de Uber

By mai 30, 2016News, Uber

Appli Scoop et BMW

Après Gett, Scoop

Nous avions déjà vu il y a quelques jours que Volkswagen avait investit 270M€ dans Gett, un autre concurrent de Uber. Aujourd’hui c’est au tour de BMW d’investir dans Scoop qui offre un service très similaire à UberPOOL, la différence principale entre UberPOOL et Scoop étant que Scoop regroupe uniquement les employés d’une même société quand ils partent travailler le matin, ou rentrent chez eux le soir. Scoop n’offre donc pas son service aux particuliers, mais uniquement aux sociétés qui souhaitent le mettre en place pour leurs employés.

Scoop est une appli très récente puisqu’elle a été lancée il y a à peine 1 an, en août 2015. Elle compte pour l’instant quelques clients importants comme Microsoft, Airbnb, Tesla, etc. mais n’a réalisée qu’un nombre limité de courses (40.000 en 1 an). Pour comparaison, c’est environ le nombre de courses effectuées par jour par TAXIS G7. Contrairement à Volkswagen, cet investissement de BMW est donc beaucoup plus faible et est réalisé dans une appli beaucoup plus récente que Gett.

Pour l’instant, le service de Scoop est uniquement disponible aux Etats-Unis, mais l’investissement étant réalisé par BMW un constructeur Allemand, il est probable que ce service arrive rapidement en Europe.

Pourquoi les constructeurs investissent-ils dans les applis ?

BMW, General Motors (Chevrolet/Cadillac), Toyota, Volkswagen… quels sont les investissements actuels des constructeurs automobiles dans les applis ? Pourquoi investissent-ils ?

Depuis le début d’année 2016, les constructeurs automobiles ont décidé investir massivement dans les applis, on remarquera notamment les investissements suivants :

 Appli Constructeur Investissement
 Uber Toyota   90 M€
 Lyft GM 450 M€
 Sidecar GM   30 M€ (rachat)
 Gett Volkswagen 270 M€
 Scoop BMW   5,1 M€

Pourquoi ces investissements ? Les temps changent et les constructeurs automobiles se rendent compte qu’une voiture n’est plus un objet que les particuliers souhaitent acheter, mais un service qu’ils souhaitent utiliser. Une voiture coûte cher à l’achat, à maintenir et prend également de l’espace (d’où la nécessité d’un parking, qui coûte aussi de l’argent). L’objectif d’Uber et des autres applis VTC est de baisser suffisamment les prix d’une course pour qu’utiliser leur service dans tous nos déplacements deviennent moins cher que posséder son propre véhicule.

Par ailleurs, les jeunes de moins de 30 ans connaissent un taux de chômage élevé et n’ont pas les moyens financiers nécessaires pour acquérir leur propre véhicule. Ce taux de chômage élevé est notamment dû à l’automatisation et l’arrivée de robots qui remplacent les humains sur le marché du travail (le Fond Monétaire International estime que 90% des chômeurs Français ne parviendront jamais à retrouver un emploi).  Pour ces jeunes aux revenus très faibles, il est beaucoup plus simple et moins cher d’utiliser des services comme Heetch ou Djump (quand celui-ci existait encore).

Finalement l’arrivée d’appli qui regroupent les clients dans un même véhicule (UberPOOL, Scoop, Padam, WeCab, etc.) permet d’augmenter le taux d’utilisation des véhicules, et donc de diminuer le nombre de véhicules sur les routes. Les particuliers ont donc besoin d’acheter moins de véhicules, ce qui pose un problème grave pour les constructeurs.

Les constructeurs automobiles se sont donc rendus compte que leur industrie (la construction de véhicules automobiles) est menacée par l’arrivée de toutes ces applis et par des conditions économiques difficiles. Pour eux, la meilleure solution est donc de se joindre à ces plateformes soit en investissant, soit en développant leurs propres applis (par exemple GM va lancer sa propre appli Maven suite au rachat de SideCar).

Que font les constructeurs Français ?

Pour l’instant, le seul rapprochement entre un constructeur Français et une appli VTC est LeCab, puisque PSA fournit à LeCab des Peugeot 508 ainsi que leur ancienne usine à Aulnay-sous-bois qui est devenue le centre de maintenance et de gestion de leur flotte. Pour l’instant il ne semble pas que PSA ait investit dans LeCab, puisque le dernier investissement reçu par LeCab date de novembre 2013 (5 M€ par des entrepreneurs individuels Français).

Cependant, étant donné le nombre important d’investissements actuels réalisés par les constructeurs automobiles, il est très probable que PSA investisse rapidement dans LeCab une somme importante pour ne par rester en retrait face à ses concurrents allemands (BMW et Volkswagen). Il est probable que cet investissement futur ait pour effet de renforcer LeCab face à son principal concurrent Uber, et donc éventuellement de faire augmenter la tarification chauffeur comme cela avait été le cas aux Etats-Unis.